Les anecdotes d'une auxiliaire de vie sociale

02 janvier 2021

Bonne année 2021

que-tous-tes-problemes-disparaissent-carte-bonne-annee-2021-123cartes

 

Mon souhait: me faire vacciner le plus tôt possible car j'en ai MAAAAAARRRREEE de ce screugneugneu de masque.

J'en ai marre que dès qu'un bénéficiaire a le nez qui coule, il me regarde de travers (comme si tous les autres maux d'hiver avaient disparu comme par magie: rhino-pharyngite, angine et autres). Quand on me le dit pas directement, comme cette mamie, qui est hypocondriaque et dès qu'elle lit ou voit un symptôme du covid, elle l'a. 

-Regardes, me dit-elle, j'ai la peau sèche, s'est un signe du covid, et toi tu es la seule à venir, donc j'espère que tu ne me l'as pas refiler!

moi: mais je garde le masque et j'ai les mains tout le temps dans les produits savonneux sans compter le gel hydroalcoolique

elle: oui mais tu as vu le Président, il a le covid! il n'y a pas plus prudent que lui

moi: oui mais il fait des repas avec des dignitaires, donc ils ne portent pas les masques

elle: Tu es médecin? non! donc tu ne sais rien

moi: ben faites vous testez...

elle: non je vais appeler ton association pour dire que je veux que tu fasses un test pcr

moi: un test pcr parceque vous avez la peau sèche comme la majorité des personnes âgées, votre peau avec l'âge est de moins en moins hydratée; si vous voulez je ne viens plus comme cela plus de problèmes

elle: non non c'est bon.

Voilà voilà

 

 

 

 

Posté par Licorne34 à 13:14 - Commentaires [2] - Permalien [#]


31 octobre 2020

HOMMAGE

Elle s'appelait Chantal, elle s'est éteinte d'une longue maladie comme on dit pudiquement pour ne pas dire le mot cancer, cancer du sang, leucémie. C'était une copine avant d'être une collègue. D'ailleurs nous nous connaissions depuis presque 20. C'était la bonne humeur et la gentillesse incarnée. Toujours là pour tout le monde, jamais un mot plus haut que l'autre, s'inquiétant pour les autres mais ne se plaignant jamais même pendant la maladie. Lorsque les médecins lui ont dit qu'ils ne pouvaient plus rien pour elle, elle a dit à une collègue qui avait perdu sa fille, qu'une fois là haut, elle dirait à sa fille qu'elle chance elle avait d'avoir une mère comme elle et qu'elle nous protègerait toutes. Ses cendres ont été mis au pied d'arbres et je suis sûre que c'est sa volonté pour aider à la croissance de ces arbres car elle était comme cela notre petite Réunionnaise, toujours à rire et à aider les autres.

Tu nous manques ma belle, tellement!

Posté par Licorne34 à 19:04 - Commentaires [1] - Permalien [#]

11 octobre 2020

Enervée

L'autre jour, j'accompagne une copine dans son association, car elle devait récupérer des clés (c'est une association concurrente de la mienne). Lorsqu'elle dit qu'une de ses clientes avait besoin de plus d'heure, la secrétaire à l'accueil lui dit qu'il manque trop de personnel actuellement et qu'ils ont du mal à embaucher donc cela va être difficile de satisfaire cette cliente. Sans dire qui j'étais, je dis que vu le salaire et les différentes fonctions qu'occupent une auxiliaire de vie ou une aide à domicile, cela n'encouragent pas les candidatures.

A ce moment là sort furieuse d'un bureau une dame (ma copine ne l'avait jamais vu) qui dit tout fort que vu que les aides à domicile n'ont aucun diplôme, il serait malheureux qu'elles aient des prétentions!

Je m'énerve moi aussi en disant que les auxiliaires de vie ont des diplômes et que pour beaucoup d' aides à domicile,  ce travail est une reconversion et sachant en plus que ma copine avait un bac plus 4 mais que des accidents de vie font que... bref j'étais super énervée.

Ma copine ne sait pas qui c'est mais elle se renseigne car un manque de respect des salariés comme cela est inadmissible et me met dans tout mes états.

J'espère pour elle que ce n'est pas une nouvelle responsable.

3e267b98f4d4a95857fbb53b6dc83c11

Posté par Licorne34 à 19:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]

04 octobre 2020

Cambriolage

Lundi, j'étais de repos car j'avais travaillé le week-end. Mardi lorsque j'arrive chez Mme L. 98 ans, handicapée et avec une démence s, sénile pour lui faire à manger, je suis étonnée de trouver sa porte de la salle de bain ouverte. Nous fermons la porte à clé de cette pièce car elle est très froide. Nous c'est les infirmiers et les auxiliaires. Je me dis que comme l'infirmier est passé peu de temps avant puisque Mme L. est en pyjama, il a oublié de la refermer. Puis en m'approchant je vois la porte arrachée de la chambranle, alors là je m'inquiète et je monte à l'étage où se trouve son fils et sa belle fille.

Sa belle fille m'explique que lundi, en moins d'une heure et demi, ils ont été cambriolés

30544023_ml-720x480

en haut et en bas alors qu'ils étaient partis faire des courses. Que le ou les voleurs ont défoncés la porte de la salle de bain fermé à clé car ils pensaient trouver des choses cachées derrière. Je réalise horrifiée qu'elle était présente pendant le cambriolage et qu'ils auraient pu la torturer pour savoir où se trouvaient les bijoux par exemple et la pauvrette n'aurait même pas compris ce qui lui arrivé. Les gendarmes pensent que c'est des personnes qui savaient que la mamie n'avait pas toute sa tête et qu'elle ne réagirait pas.

Posté par Licorne34 à 11:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 septembre 2020

Orientation sexuelle

Nouveau dossier, ma chef de secteur me demande de la contacter pour programmer une heure de coordination.

Le monsieur 80 ans  est un peu caractériel. C'est un des hommes de l'association qui s'occupe de ce dossier. Il m'explique que ce monsieur à fait son coming out tardivement et qu'il a été marié à une femme autoritaire et castratrice. Voilà pourquoi il ne veut que des hommes. Mais ce monsieur a des pertes d'équilibres fréquentes et une démence artérielle qui commence, alors des heures supplémentaires lui ont été attribuées. Le problème c'est que tous les hommes de l'association (soit 4) travaillent déjà chez lui en semaine pour lui faire son repas, l'entretien du logement et les courses.

Il a une vrai défiance vis à vis des femmes et ma chef de secteur sait que j'arrive à dédramatiser certaines situations par l'humour, voilà pourquoi elle a pensé à moi.

Premier contact, ce que je retiens c'est qu'il a du en baver avec sa femme car il s'excuse de tout, rentre la tête dans les épaules lorsque je m'adresse à lui. J'ai mis une heure à réussir à le décrisper. En partant il m'a demandé si je revenais le lendemain, je lui ai dis que non mais certains week-end, il m'a dit qu'il me recevrait à bras ouverts car j'étais gentille. Tant mieux.

J'ai su qu'il s'était marié avec sa femme car à son époque l'homosexualité était mal vu y compris dans le travail: il travaillait dans les mines. Sa femme se doutait de son goût pour les hommes et lui faisait payé. Elle était un vrai dragon avec lui.

On commence tout juste à accepter l'homosexualité. Il n'est pas né à la bonne époque

Posté par Licorne34 à 19:24 - Commentaires [1] - Permalien [#]


26 juillet 2020

Petite mésaventure

Le lundi et le jeudi j'interviens chez un couple de personnes âgées  à la santé fragile pour l'entretien du logement essentiellement. 

Depuis quelques jours, ils me disaient qu'ils avaient du mal à fermer la porte qui s'ouvrait souvent toute seule et étaient obligé de donner un tour de clef pour la maintenir fermée. 

Jeudi, à la fin de mon intervention, Monsieur m'accompagne à la porte d'entrée pour m'ouvrir, tourne la clef et appuie sur la poignée quand on entend un bruit de ferraille à  l'intérieur: la poignée tourne dans le vide, le penne ne sort pas de son encoche, on est bloqué à l'intérieur! Je lui suggère d'aller chercher un tournevis pour demonter la la serrure mais il me fait remarquer que les têtes des vis sont à l'extérieur... ah oui zut!

Ils sont au 2ème étage d'un appartement donc impossible de sortir par le balcon. Monsieur se met à  faire de grands signes par le balcon pour attirer l'attention des résidents  qui lui répondent par un coucou de la main... re zut ils ne comprennent pas , enfermés dans leur voiture, ce que leur crie le  Monsieur. 

Madame essaie de joindre leur fils  par téléphone  qui répond au bout de 5 min qu'il est sur son lieu de travail et qu'il ne peut pas s'absenter. Monsieur insiste auprès de son fils en precisant que je suis enfermée  avec eux et que je devrais déjà  être  chez une autre personne.(j'avais déjà prévenue mon bureau de la panade dans laquelle nous nous trouvions).

Finallement nous avons pu joindre le petit fils qui a pu s'absenter de son travail pour venir nous délivrer. Il leur montre que si cela devait recommencer, de prendre une vieille radiographie et de la passer entre le penne et l'encoche et...ah ben non cela ne marche pas! Et oui Arthur, on n'est pas au cinéma 😁

Bon j'ai trois quart d'heure de retard, heureusement que je connais bien la dame chez qui je dois intervenir.

Posté par Licorne34 à 10:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 mai 2020

Il serait temps qu'on reconnaisse notre métier

Le lever, le coucher, la toilette, les soins d’hygiène, la préparation et la prise des repas, les travaux ménagers ou encore les démarches administratives, les sorties, les courses... sont autant de tâches qu’un.e auxiliaire de vie sociale (AVS) peut effectuer pour plusieurs personnes. Ces professionnel.le.s des services à la personne travaillent très tôt dans la journée (6 h 30) ou très tard (22 h), ainsi que les week-ends et les jours fériés. Pourtant, ces femmes et ces hommes constatent que leur profession n’est pas suffisamment reconnue par les Français ni suffisamment rémunéré.  

Question d'une prime pendant cette crise sanitaire : oui ...non...peut être...finallement non! 

Je me répète, je le sais mais si nous manquons de personnel c'est parceque le métier n'attire pas...beaucoup de contraintes pour un salaire trop bas

Posté par Licorne34 à 09:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Mieux vaut tard que jamais

Madame M. n'a jamais eu les cheveux longs. D'ailleurs même quand elle était jeune, sa mère lui faisait couper courts ses cheveux m'a elle dit.

Madame M. se languissait de voir sa coiffeuse à  domicile car le matin, elle avait du mal à les peigner mais avec le confinement ce n'était pas possible.

Je lui fais remarquer qu'effectivement ils avaient si bien poussés que je pourrai lui faire des couettes ce qui l'a fait rire !

Tu exagères me dit elle

On parie? Ni une, ni deux je prend un peigne, 2 élastiques et voilà le resultat

A 91 elle porte pour la première fois des couettes.

Ravie du resultat, elle m'a demandé de la prendre en photo et de l'envoyer à sa fille, son fils, petit fils, amis etc...

Une demi heure à  parler d'autres choses que

du coronavirus... cela fait aussi  parti de notre métier de distraire nos bénéficiaires. 

Posté par Licorne34 à 08:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 mai 2020

Partagés par la joie de revoir la famille et la peur

C'est un drôle de sentiment qui règne chez mes bénéficiaires. Depuis plusieurs semaines, l'absence de la famille proche se faisait sentir, ils avaient toujours un prétexte pour prendre le téléphone pour appeler leurs enfants: une lettre reçue que l'on ne comprend pas, une information sur le Covid que les enfants n'ont peut-être pas vu, la couleur du ciel, la blague racontée par l'infirmière. Au finale, c'est plusieurs fois par jour qu'ils prennent contact. Mais les enfants ne sont pas de reste et quand leur parent n'appelle pas c'est eux qui appellent, ainsi que des cousins éloignés, des amis dont on avait pas de nouvelles depuis plusieurs mois voire années. Chacun prend soin de l'autre et j'ai trouvé cela génial mais maintenant que l'on retrouve un semblant de normalité, ils ont peur qu'après la première visite, après s'être assuré de visu que tout allait bien, les relations reprennent de la distance, chacun repris dans la spirale du quotidien.

Même s'ils ne pouvaient pas sortir, ce regain d'attention leur faisait plaisir.

Voilà leur première peur mais il y a aussi le fait que enfermés, ils se sont un peu ankylosés, ils se fatiguent plus vite et ils se demandent si ils pourront recevoir dans de bonnes conditions leurs proches. En effet, beaucoup de kinésithérapeutes ont dû interrompre leur tournée parcequ'ils n'avaient pas de masques et par peur du virus, les personnes âgées n'osaient pas sortir pour marcher autour de leur habitation.

petit-garcon-aide-grand-mere-personnages-dessins-vectoriels-vieille-femme-enfant-isole_97231-563

Posté par Licorne34 à 09:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 avril 2020

C'était la vrai raison de sa tristesse

 Depuis l'apparition de ce virus, Mme M. est très nerveuse, triste, inquiète. J'ai cru dans un premier temps qu'il s'agissait du faite qu'elle regardait trop les informations. En effet depuis le matin sa télévision était allumée sur les chaînes d'info qui diffusaient tout les quart d'heure le nombre actualisé des hospitalisations et des décès. Je lui ai proposé de regarder une chaîne animalière à la place et c'est vrai qu'elle m'a écouté mais sa tristesse ne disparaissait pas.

Un jour elle me dit :" si je meurs, ma fille ne sera pas se débrouiller seule." Je la rassure en lui disant que je prend toutes les précautions (gestes barrières et masque) et  comme elle ne sort plus, il n'y a pas de raison qu'elle attrappe ce virus.

De plus, j'ajoute qu' un jour elle partira certes comme tout le monde et  que sa fille  acceptera la triste réalité et fera front car elle n'aura pas le choix, qu'en plus elle a 64 ans et un fils à charge donc elle ne se laissera pas aller!

Mais elle me répète que sa fille sera dépassée le jour de l'enterrement et que cela l'angoisse énormément.

C'est là que je lui ai demandé si elle avait pris ses dispositions par rapport à des obsèques , en l'assurant que prendre des dispositions, cela ne faisait pas mourir!

Elle me dit que son défunt mari s'en était occupé mais qu'elle ne savait pas où était le dossier, qu'elle ne retrouvait rien dans les papiers car elle ne s'en occupait pas. Avec sa permission, j'ai regardé dans les dossiers, j'ai retrouvé les documents, appelé l'organisme pour avoir un bilan des prélèvements, monter un dossier au nom de sa fille, écrit les volontés dictées par sa mère, mis le nom du notaire avec l'acte notarié effectué auparavant par ses parents. J'ai mis le dossier en evidence dans un tiroir en disant à Madame M. d'avertir sa fille sur la présence du dossier et où elle le trouvera. 

Depuis Madame M. a retrouvé le sourire et moi je suis contente d'avoir réussi à déchiffrer son mal être.

téléchargement

 

Posté par Licorne34 à 10:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]